Borréliose

Disclaimer
Les rubriques de l’encyclopédie sont fournies à titre d’information uniquement et ne peuvent être utilisées à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elles ne remplacent pas les conseils et les traitements médicaux personnalisés. Medgate a compilé les informations avec soin, mais ne peut garantir leur exactitude ni leur exhaustivité. Medgate décline toute responsabilité pour les dommages pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Vous êtes malade et avez besoin d’aide? Nos médecins sont à votre disposition 24 heures sur 24 via la Medgate App.

Introduction

La borréliose (également connue sous le nom de maladie de Lyme) est une maladie transmise par une bactérie, la borrélie. Elle se transmet à l’humain par la morsure d’une tique infectée. La borréliose peut toucher différents organes, notamment la peau, les articulations, le cœur ou le système nerveux. La maladie se traite par antibiotiques.

Les tiques infectées par les borrélies vivent principalement dans les forêts de feuillus aux sous-bois luxuriants; elles sont présentes dans toute la Suisse jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Elles se cachent aussi dans les buissons, les haies et les pâturages – soit à la lisière des forêts, dans les parcs, les jardins, les lacs et les piscines. Les tiques sont généralement actives du printemps à l’automne, et parfois même pendant les hivers doux.

Pour prévenir une borréliose, il est recommandé de porter des vêtements couvrants et près du corps, des répulsifs et d’éviter de s’attarder dans les sous-bois.


Symptômes

Les experts qualifient la borréliose de maladie multisystémique car elle peut toucher plusieurs organes en même temps – par exemple la peau, les articulations (arthrite de Lyme), le système nerveux (neuroborréliose), les yeux ou le cœur. Cette affection se traduit, dans 80 à 90 % des cas, uniquement par des maladies de la peau, et touche d’autres organes dans 10 à 20 % des cas. La maladie évolue en trois stades:

Stade I/stade précoce (1 à 30 jours après la morsure): une rougeur en forme d’anneau apparaît autour de la piqûre; nettement définie, elle n’est pas douloureuse et ne démange pas. La rougeur augmente puis disparaît d’elle-même. Il est néanmoins recommandé de consulter un médecin. C’est cette rougeur qui est le symptôme le plus important pour la détection de la maladie de Lyme à ses premiers stades. Cette première phase peut également être accompagnée d’un état grippal – par exemple, une faiblesse généralisée, des frissons, des maux de tête, des douleurs aux membres ou aux muscles, de la fièvre ou une conjonctivite.

Stade II/stade précoce (plusieurs semaines après la morsure): cette phase est souvent accompagnée de symptômes de type grippal. D’autres plaques rouges peuvent apparaître çà et là sur la peau – arrondies ou ovales, elles se manifestent sous forme de grosseurs ou de taches de couleur rouge foncé. Des méningites, des douleurs, des paralysies ou des déficits neurologiques peuvent survenir par la suite. Dans de rares cas, la borréliose peut s’attaquer au cœur, ce qui peut mener à une inflammation du muscle cardiaque et du péricarde. Elle peut également causer une inflammation des tissus oculaires.

Stade III/stade avancé (plusieurs mois, voire plusieurs années après la morsure): cette étape grave de la maladie de Lyme se caractérise par ce qu’on appelle l’arthrite de Lyme – il s’agit d’une inflammation – par poussées ou chronique – des articulations. À ce stade, la peau des mains et des pieds peut devenir fine et transparente et prendre une couleur bleuâtre (Acrodermatite chronique atrophiante). La maladie, au cours de cette phase, peut également se caractériser par des manifestations telles qu’une neuroborréliose tardive (maladie neurologique) ou une myosite (maladie inflammatoire des muscles). Dans de rares cas, la phase III est si sévère que certaines parties du corps sont paralysées.


Évolution

Absolument asymptomatique la plupart du temps, une piqûre de tique n’entraînera une borréliose que dans cinq pour cent des cas environ. Plus la maladie est traitée tôt avec des antibiotiques, plus on aura une évolution bénigne. Et plus on pourra prévenir efficacement les complications ultérieures telles que l’inflammation bactérienne des articulations (arthrite de Lyme) et l’atteinte au système nerveux (neuroborréliose), qui sont susceptibles d’entraîner des dommages parfois mortels. De manière générale: si la maladie de Lyme est traitée au stade I (stade précoce), elle sera guérie et, dans 99 pour cent des cas, n’évoluera pas vers les stades II et III. Dans de très rares cas, les troubles se manifestent à un stade tardif, donc sans apparition des symptômes aux premiers stades.

Après la fin de la maladie – lorsque les agents pathogènes ne sont plus actifs – les troubles tels que la fatigue, l’épuisement, les problèmes de concentration, les maux de tête ou les douleurs articulaires et la dépression peuvent persister pendant des mois, voire des années.


Causes

À l’origine de la borréliose, il y a une infection par les bactéries Borrelia, que l’on trouve fréquemment chez les oiseaux ou les petits rongeurs. En se nourrissant du sang des animaux infectés, les tiques s’infectent à leur tour et peuvent ainsi transmettre la borrélie à l’homme lors de leur prochain repas sanguin.

Les tiques infectées par les borrélies vivent principalement dans les forêts de feuillus aux sous-bois luxuriants; elles sont présentes dans toute la Suisse jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Elles se cachent aussi dans les buissons, les haies et les pâturages – soit à la lisière des forêts, dans les parcs, les jardins, les lacs et les piscines. Les tiques sont généralement actives du printemps à l’automne, et parfois même pendant les hivers doux.


Diagnostic

Dans la plupart des cas, le médecin peut diagnostiquer la maladie de Lyme sans devoir procéder à de multiples examens: l’anamnèse, les symptômes ainsi que les conditions médicales sont souvent si typiques de la maladie qu’elles suffisent, à elles seules, à établir un diagnostic approprié. Dans de nombreux cas, des maux de tête et des douleurs musculaires surviennent. Si la personne concernée a été piquée par une tique, mais qu’aucun symptôme n’apparaît, il est peu probable qu’elle développe une borréliose. Avec la télémédecine, un médecin est en mesure de diagnostiquer une maladie de Lyme en se basant sur les photos envoyées (rougeur typique de la phase I).


Traitement/thérapie

La borréliose est traitée par des antibiotiques et peut – si elle est détectée à temps – être complètement guérie. Plus le traitement commence tôt, plus il est efficace et plus on évite que la maladie évolue vers des formes graves. Il n’y a pas d’immunisation à la borréliose, ce qui signifie qu’une nouvelle infection est possible à tout moment.

Il est crucial, lorsque l’on a été piqué par une tique, de la retirer aussitôt; désinfecter ensuite la zone de peau, qu’il faudra surveiller pendant six semaines. Il est en outre utile de prendre note de la zone et de la date où s’est produite la morsure de tique, et de photographier la zone de la piqûre. Si des maux de tête ou des douleurs articulaires, des rougeurs de la peau ou des symptômes de type grippal se manifestent après une morsure de tique, il faut contacter un médecin.

La tique doit être retirée lentement mais résolument, et perpendiculairement à la peau, à l’aide d’une pince à épiler ou d’une carte à tiques. Attention à ne pas tirer trop brusquement, sinon la tête de la tique peut rester coincée dans la peau. Plus vous la retirez tôt, moins vous risquez l’infection par borrélies. Celle-ci commence environ 12 à 24 heures après le début de la piqûre.

Il ne faut en aucun cas utiliser de l’huile, de la colle, de l’alcool, ni tout autre remède maison pour ôter la tique, car ce geste peut entraîner une augmentation de la production de salive de la tique, qui est pleine d’agents pathogènes – de la sorte, on risque donc d’accroître le risque d’infection plutôt que de remédier à la situation.


Prévention

Il n’y a pas de prévention systématique contre la borréliose de Lyme pour laquelle il n’existe pas de vaccin, contrairement à la MEVE. La meilleure protection contre la maladie de Lyme consiste à éviter les morsures de tiques, contre lesquelles on se prémunit en portant des vêtements couvrants et près du corps, en évitant les sous-bois, et en utilisant un spray répulsif contre les tiques. Toutefois, si ces produits sont efficaces pendant un certain temps, ils n’offrent pas une protection complète.

Les morsures de tiques sont souvent invisibles: il est donc nécessaire d’en vérifier la présence sur le corps et les vêtements chaque fois qu’on s’est rendu dans une forêt. Les tiques ont une prédilection pour les endroits du corps où la température est plus élevée et où la peau est plus douce. C’est pourquoi il convient d’examiner surtout l’entrejambe, les aisselles, la zone autour du nombril, la tête, le cou et les oreilles.

Dans notre Medgate Doc Channel, les médecins de Medgate expliquent en quelques mots ce qu’il est important de savoir. Le docteur Manuel Puntschuh, spécialiste en télémédecine à Medgate, explique à quoi ressemble la protection optimale contre les morsures de tiques:


Télécharger la Medgate App

Jour et nuit, toute l’année, nous sommes là pour vous. Où que vous vous trouviez: plus de 100 médecins expérimentés prennent soin de vous. Voyez un médecin là où vous en avez besoin.