Grippe intestinale

Disclaimer
Les rubriques de l’encyclopédie sont fournies à titre d’information uniquement et ne peuvent être utilisées à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elles ne remplacent pas les conseils et les traitements médicaux personnalisés. Medgate a compilé les informations avec soin, mais ne peut garantir leur exactitude ni leur exhaustivité. Medgate décline toute responsabilité pour les dommages pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Vous êtes malade et avez besoin d’aide? Nos médecins sont à votre disposition 24 heures sur 24 via la Medgate App.

Introduction

La grippe intestinale (ou gastroentérite) est une inflammation des muqueuses de l’estomac et de l’intestin grêle. Elle s’accompagne souvent de diarrhées et de vomissements. Dans la grande majorité des cas, la gastroentérite est due à un virus; plus rarement, à des bactéries ou des parasites. La grippe intestinale n’a rien à voir avec la grippe (influenza) proprement dite.

La gastroentérite se propage généralement par contact indirect: la présence de traces de selles ou des vomissures sur des objets ou des surfaces de la personne malade transmettent l’agent pathogène. Par conséquent, par manque d’hygiène, des personnes peuvent être infectées en touchant les objets contaminés: les agents pathogènes passent des mains à la bouche et ensuite à l’estomac. En médecine, on parle de transmission par voie oro-fécale. Les germes peuvent toutefois être aussi transmis par de l’eau potable ou des aliments contaminés.

Les symptômes de la gastroentérite varient en fonction de l’agent pathogène: ils peuvent tout aussi bien être légers que graves. Les agents responsables de la maladie sont souvent, chez l’adulte, les norovirus et chez l’enfant, les rotavirus. Cette affection est particulièrement fréquente chez les nourrissons et les enfants.


Symptômes

Les symptômes de la gastroentérite apparaissent brusquement: les patients souffrent de diarrhées et de vomissements graves. Les médecins qualifient la diarrhée de sévère lorsque les personnes touchées ont des selles molles ou liquides au moins trois fois par jour.

Les diarrhées ou les vomissements persistants font perdre beaucoup de liquides à la personne concernée – ce qui l’affaiblit davantage et peut entraîner des problèmes circulatoires. Les nourrissons, les enfants en bas âge et les personnes âgées en particulier y réagissent de façon plus marquée. La première chose à faire en cas de gastroentérite est de compenser la perte de liquide en buvant davantage.

Les autres symptômes de la gastroentérite peuvent être: des douleurs abdominales, des nausées, des maux de tête et des courbatures. Ainsi que, dans de rares cas, de la fièvre. Selon l’agent pathogène ou l’état de la patiente ou du patient, la gastroentérite peut également évoluer à bas bruit, si bien qu’aucun symptôme ne se manifeste.


Évolution

Dans la plupart des cas, la gastroentérite se déroule sans complications et, généralement, les personnes touchées se rétablissent rapidement. La plupart du temps, les vomissements diminuent en un ou deux jours et la diarrhée cesse au bout de deux à sept jours. En règle générale, la gastroentérite bactérienne est une maladie plus sérieuse que la grippe intestinale d’origine virale.

Toutefois, il existe aussi des formes graves de gastroentérite. Surtout chez les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes âgées, la perte de fluides peut prendre des dimensions critiques qui nécessitent un traitement rapide et efficace. C’est pourquoi compenser la perte de liquide et d’électrolytes est sans doute la chose la plus importante à faire.


Causes

Les gastroentérites sont souvent dues à des virus – plus rarement, à des bactéries ou des parasites. Parmi les virus, notamment les norovirus, les rotavirus, les astrovirus, les coronavirus ou les adénovirus. Alors que les adultes, dans la moitié des cas, sont touchés par les norovirus, chez les nourrissons et les jeunes enfants c’est souvent le rotavirus qui est responsable des troubles.

Les agents pathogènes suivants font partie des bactéries qui provoquent des gastroentérites: le vibrion cholérique, les shigelles, le campylobacter, le clostridoides difficile, les salmonelles, les yersinia et les souches pathogènes de la bactérie intestinale Escherichia coli.

La gastroentérite se transmet généralement par contact indirect: l’agent pathogène est présent dans les traces de selles ou de vomissures de la personne malade, lesquelles se retrouvent sur des objets ou des surfaces, où il peut rester actif pendant plusieurs jours. Par conséquent, la transmission du virus a lieu par manque d’hygiène – il peut suffire de simplement toucher des objets contaminés: les agents pathogènes passent des mains à la bouche et ensuite à l’estomac. En médecine, on parle de transmission par voie oro-fécale. Certains virus sont très contagieux – il suffit d’une quantité même minime pour infecter quelqu’un.

Les vomissements – par les gouttelettes violemment projetées dans l’air – peuvent infecter les personnes présentes. Les germes sont donc susceptibles de se propager rapidement, surtout dans les lieux fréquentés par un grand nombre de personnes (par exemple dans les jardins d’enfants, les hôpitaux ou les maisons de retraite ou les homes). Les germes se transmettent aussi à travers l’eau potable ou les aliments contaminés, notamment le poisson ou les fruits de mer.


Diagnostic

Dans la plupart des cas, la gastroentérite est diagnostiquée sur la base des symptômes typiques. Une fois les antécédents médicaux et le diagnostic établis, le médecin doit déterminer la quantité de liquide que perd le patient ou la patiente, si des complications sont survenues ou s’il existe des intolérances alimentaires, au lactose par exemple. Pour le médecin il est aussi intéressant de savoir ce que la personne concernée a ingéré pendant les heures précédentes, et en quelles quantités. Ces informations sont utiles pour établir le bilan hydrique et énergétique du patient ou de la patiente. Il convient également que le médecin soit renseigné sur les derniers séjours à l’étranger, l’existence d’autres maladies ou la prise de médicaments.

Dans de nombreux cas, le médecin peut recueillir ces informations sans pour autant voir le patient personnellement ou l’examiner sur place. Un médecin peut très bien diagnostiquer une gastroentérite par télémédecine et, dans de nombreux cas, la traiter par téléphone ou par vidéo. La téléconsultation se prête particulièrement bien dans ces cas, car cela permettra d’éviter – dans un cabinet médical ou dans un moyen de transport – la propagation du virus à d’autres personnes et contribuera à protéger les patients. En outre, la personne concernée peut envoyer une photo de ses selles dans le cadre d’une consultation télémédicale, ce qui permet d’établir un diagnostic encore plus précis.

Seules certaines formes sérieuses de gastroentérite nécessitent un examen plus approfondi: par exemple, s’il y a du sang dans les selles, si des complications telles qu’une intoxication sanguine surviennent, s’il y a une déficience immunitaire ou s’il s’agit d’un nourrisson de moins de trois mois. Pour déterminer si la gastroentérite est causée par des virus ou des bactéries, un échantillon de selles est examiné en laboratoire. Un test sanguin et urinaire peut également être effectué.


Traitement/thérapie

Habituellement, une thérapie qui compense la perte de liquide et d’électrolytes suffit pour traiter une gastroentérite. Chez des adultes par ailleurs en bonne santé, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes et le corps vient à bout de la diarrhée sans médicaments. Il est primordial de boire beaucoup, de préférence de l’eau minérale ou des tisanes sucrées, puisque la diarrhée fait perdre des sucres et des sels minéraux. En plus, les patientes et les patients devraient se reposer afin de reprendre des forces. Le corps a besoin de sodium, mais aussi de potassium: c’est pourquoi il est conseillé de manger des bananes, qui en contiennent beaucoup. Dans les cas plus graves, penser à prendre des préparations d’électrolytes: elles contiennent du chlorure de sodium, du chlorure de potassium, du citrate de sodium et du sucre de raisin, et agissent contre la déshydratation.

Vous pouvez aussi faire votre solution de réhydratation vous-mêmes: dans un litre d’eau, versez six cuillères à café rases de sucre, une demi-cuillère à café rase de sel ainsi que – si vous le souhaitez – un décilitre de jus d’orange ou une banane écrasée.

Chez les nourrissons, les enfants en bas âge et les personnes âgées, la gastroentérite doit être surveillée de près: en effet, il convient dans ces cas de consulter un médecin, en se rendant à son cabinet ou par télémédecine. Les cas graves de gastroentérite peuvent nécessiter une hospitalisation, afin d’administrer à l’organisme du patient, par sonde ou par perfusion, les substances nécessaires.

Les gastroentérites provoquées par des bactéries peuvent être traitées par antibiotiques. C’est le cas, par exemple, des affections causées par des bactéries telles que les salmonelles, les shigelles, les yersinia. Par contre, les antibiotiques n’ont pas d’effet si la grippe intestinale est due à un virus. Une médication appropriée peut soulager les symptômes tels que la diarrhée sévère accompagnée de vomissements.


Prévention

Afin de prévenir les gastroentérites, il importe de respecter certaines mesures d’hygiène. Se laver les mains régulièrement – en faisant particulièrement attention lorsque l’on s’occupe de bébés (en changeant les couches) ou de personnes malades – aide à prévenir la propagation des germes. La gastroentérite bactérienne étant causée par des aliments contaminés, il est nécessaire de bien faire cuire les aliments. Dans certains cas, une vaccination protège contre les rotavirus – cependant, il n’existe pas encore de protection vaccinale contre les norovirus.

Télécharger la Medgate App

Jour et nuit, toute l’année, nous sommes là pour vous. Où que vous vous trouviez: plus de 100 médecins expérimentés prennent soin de vous. Voyez un médecin là où vous en avez besoin.