Varicelle

Disclaimer
Les rubriques de l’encyclopédie sont fournies à titre d’information uniquement et ne peuvent être utilisées à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elles ne remplacent pas les conseils et les traitements médicaux personnalisés. Medgate a compilé les informations avec soin, mais ne peut garantir leur exactitude ni leur exhaustivité. Medgate décline toute responsabilité pour les dommages pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Vous êtes malade et avez besoin d’aide? Nos médecins sont à votre disposition 24 heures sur 24 via la Medgate App.

Introduction

La varicelle est une maladie virale très contagieuse. Elle se transmet généralement par la projection de gouttelettes infectées, et touche fréquemment les enfants d’âge préscolaire. Outre les symptômes généraux tels que les maux de tête ou les douleurs aux membres, la varicelle se caractérise par une éruption de taches rouges et de vésicules accompagnées parfois de fortes démangeaisons. C’est surtout en hiver et au printemps que la varicelle sévit.

Le temps d’incubation – la période entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes – est généralement de deux semaines. Il faut environ dix jours à compter de l’apparition des premiers signes pour que les vésicules guérissent et que la personne infectée ne soit plus contagieuse. Chez l’adulte, la maladie est souvent plus grave que chez l’enfant et peut entraîner une pneumonie ou une encéphalite, par exemple.

Dans la varicelle infantile, on ne traite généralement que les symptômes en administrant des médicaments et en appliquant des lotions pour soulager les démangeaisons. Il faut éviter d’ouvrir les vésicules par grattage, car cela favorise une infection bactérienne. Une vaccination permet de prévenir la varicelle.


Symptômes

La varicelle provoque des signes et des symptômes tels que des maux de tête, des courbatures aux membres et une légère fièvre. Bien plus désagréables sont les taches cutanées et les vésicules, qui démangent souvent fortement: rougeâtres, petites et rondes ou ovales, elles apparaissent sur tout le corps, muqueuses comprises, venant dessiner des constellations sur la peau. Elles apparaissent plus ou moins intensément et à différents stades en même temps.

Au cours de la maladie, les taches se transforment en pustules, puis en vésicules remplies de liquide. Celles-ci éclatent, avant de former une croûte et de guérir. Dans le cas de la varicelle, les symptômes durent généralement de cinq à dix jours. Durant la maladie, l’organisme des enfants forme des anticorps contre les agents pathogènes de la varicelle – ce qui les immunise, normalement, pour le restant de leur vie.


Évolution

La durée d’incubation – la période entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes – est généralement de deux semaines. Il faut environ dix jours à compter de la manifestation des premiers signes pour que les vésicules guérissent. Le risque de contagion existe déjà un ou deux jours avant l’apparition de l’éruption ou d’autres symptômes, et se poursuit jusqu’à ce que toutes les vésicules soient complètement guéries.

Dans la plupart des cas, la varicelle durant l’enfance se déroule sans complications et guérit sans laisser de séquelles. Les vésicules qui éclatent, par elles-mêmes ou par grattage, peuvent facilement être infectées par des bactéries, ce qui allonge le temps de guérison et peut entraîner des cicatrices permanentes. Les onguents et pommades étant relativement étanches à l’air, on évitera de les appliquer pour la cicatrisation des plaies, car cela favoriserait un terrain fertile pour le développement de bactéries, et leur préférera les lotions.

Les adultes sont moins susceptibles d’être infectés par la varicelle, car la plupart des gens ont eu la maladie dans leur enfance, ce qui les a immunisés. Ainsi, la varicelle ne survient généralement qu’une seule fois dans la vie. Or, si elle contractée à l’âge adulte, cette affection a souvent une évolution plus sévère que chez les enfants. Les troubles physiques sont souvent plus marqués, les vésicules sont plus nombreuses et des complications graves telles que la pneumonie ou une encéphalite peuvent survenir. Une telle évolution est certes rare chez les enfants, mais n’est pas totalement exclue.

À l’instar des autres adultes, les femmes enceintes qui n’ont pas été vaccinées contre la varicelle ou qui ne l’ont pas eue (et qui ne sont donc pas immunisées) peuvent être infectées par la varicelle. Dans jusqu’à deux pour cent des cas, une infection de varicelle dans la première moitié de la grossesse peut entraîner de graves lésions cérébrales chez le fœtus. En outre, la varicelle peut avoir des conséquences graves pour la femme enceinte elle-même, notamment en causant une pneumonie laquelle, au moment de l’accouchement, est susceptible d’avoir des suites critiques pour le nouveau-né. Il est donc important que les femmes enceintes non immunisées contre la varicelle évitent, autant que possible, tout contact avec des personnes qui en souffrent, et qu’elles se fassent vacciner après la grossesse. En revanche, les femmes enceintes qui ont déjà eu la varicelle sont protégées contre la maladie.

Cela étant, s’il est vrai que cette maladie ne survient généralement qu’une seule fois dans la vie, il n’est pas exclu qu’elle ressurgisse plus tard: en effet, le virus peut se réactiver sous la forme d’un zona.


Causes

La maladie est due au virus dit varicelle-zona, ou varicella-zoster. Ceux-ci sont transmis par contact indirect ou par gouttelettes, par exemple en toussant ou en éternuant, ou en touchant le liquide infectieux contenu dans les vésicules. Le virus varicelle-zona appartient au groupe des herpèsvirus; il est également responsable du zona, maladie secondaire de la varicelle. Lors de la première infection, le virus colonise la peau et les muqueuses sous forme de varicelle; mais il atteint aussi les ganglions nerveux où le virus reste latent pendant toute la vie. Certains facteurs réactivent le virus et déclenchent ensuite le zona.

La varicelle est très contagieuse: en particulier, un contact rapproché – en partageant la même chambre ou autres situations de proximité immédiate – avec des personnes infectées présente un risque de transmission.


Diagnostic

Dans la plupart des cas, l’éruption même, typique de la maladie, permet aux médecins d’établir un diagnostic de varicelle rapidement et sans autre examen. Un traitement télémédical, par téléphone ou par vidéo, est donc tout à fait possible et même judicieux, car cela permet d’éviter une nouvelle infection par contact avec d’autres personnes – la varicelle étant une maladie virale très contagieuse. Dans ce cas, il est possible d’envoyer une photo de l’éruption apparue sur la peau, qui sera utile pour que le médecin puisse poser son diagnostic.

Si une clarification médicale plus approfondie s’impose, le virus varicelle-zona peut également être détecté directement dans le contenu des vésicules; les médecins peuvent aussi ordonner des tests de sang pour détecter les virus ou les anticorps formés par l’organisme contre le virus. Les tests en laboratoire ne sont nécessaires que dans certains cas – par exemple, chez la femme enceinte, lors d’une résurgence des vésicules après sept jours ou, chez l’enfant, si pratiquement aucune vésicule ne se forme malgré la maladie.


Traitement/thérapie

Le traitement de la varicelle chez les enfants en bonne santé se limite d’ordinaire à soulager les symptômes, sans combattre l’infection virale proprement dite. Les vésicules ne doivent pas être grattées, car leur rupture favorise l’infection par les bactéries. Il faut donc veiller à couper court les ongles des enfants malades de la varicelle. En outre, il est recommandé d’éviter les bains avant que les vésicules n’aient formé une croûte, et de prendre plutôt des douches. L’essentiel est de réduire les démangeaisons et de prévenir les infections bactériennes. Voici ce qui aide à soulager les symptômes de la varicelle:

  • les antiprurigineux sous forme de médicaments ou de lotions;
  • les soins de la peau appropriés;
  • opter pour des vêtements amples (des vêtements serrés augmentent les démangeaisons)
  • des bains d’eau fraîche pendant 10 minutes
  • en cas de fièvre: le paracétamol.

Les patients de plus de 16 ans doivent être traités par médicaments antiviraux si possible dans les 24 heures qui suivent le début de l’éruption, afin de réduire le risque de contracter une forme grave de la maladie.


Prévention

Il existe un vaccin contre la varicelle qui empêche de contracter la maladie. L’Office fédéral de la santé publique recommande la vaccination pour toute personne âgée de 11 à 40 ans qui n’a pas encore eu la varicelle. Cela s’applique a fortiori aux femmes qui envisagent d’avoir un enfant: il est toutefois recommandé d’éviter toute grossesse pendant les 28 jours suivant la vaccination. La vaccination est également indiquée pour les personnes présentant certains facteurs de risque – par exemple une infection par le VIH, une leucémie ou une neurodermite grave. En dehors d’une vaccination, il est difficile de s’assurer une protection sûre contre la contagion, car les virus sont très infectieux.

La première chose à faire est d’éviter les contacts avec des personnes malades. À leur tour, ces dernières devraient, si possible, rester chez elles et éviter les contacts avec quiconque n’a pas encore eu la varicelle et n’est donc pas immunisé. Les femmes envisageant une grossesse et qui ne sont pas immunisées devraient éviter autant que faire se peut de contracter cette maladie.

Mais si un contact avec un ou une malade a eu lieu, il est néanmoins possible de se faire vacciner à titre prophylactique (prophylaxie post-exposition), dans les cas suivants:

  • les femmes enceintes non immunisées (pas de varicelle, pas de vaccination contre cette maladie);
  • les personnes immunodéprimées;
  • tous les adultes dès 16 ans;
  • les enfants non immunisés souffrant d’une maladie chronique de la peau ou des poumons;

Dans ce cas, il est indispensable de consulter un médecin dans les meilleurs délais, car la vaccination peut prévenir ou atténuer une forme potentiellement grave de cette maladie.

Télécharger la Medgate App

Jour et nuit, toute l’année, nous sommes là pour vous. Où que vous vous trouviez: plus de 100 médecins expérimentés prennent soin de vous. Voyez un médecin là où vous en avez besoin.