Zona

Avis de non-responsabilité
La teneur des rubriques est fournie à titre d’information uniquement et ne peut être utilisée à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elle ne remplace pas les conseils et les traitements médicaux personnalisés. Medgate a compilé les informations avec soin, mais ne peut garantir leur exactitude ni leur exhaustivité. Medgate décline toute responsabilité pour les dommages pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Vous êtes malade et avez besoin d’aide? Nos médecins sont à votre disposition 24 heures sur 24 via la Medgate App.

Introduction

Le zona – ou herpès zoster – est une maladie de la peau causée par le virus varicelle-zona. Le zona a donc la même cause que la très contagieuse varicelle (ou « petite vérole volante »). Il ne peut se développer que chez une personne qui a eu la varicelle à un moment donné de sa vie: une fois la varicelle guérie, le virus reste dans certains ganglions nerveux à l’état inactif, dormant ou latent. Par la suite, le virus peut se réactiver sous la forme d’un zona, généralement des décennies plus tard. Le zona touche avant tout les personnes de plus de 45 ans.

Il se manifeste par une sensation de malaise général, des douleurs, des rougeurs et des vésicules, ces dernières étant souvent circonscrites à une bande de peau en forme de ceinture. Contrairement à la varicelle, le zona n’est pas très contagieux. Dans une certaine mesure, la maladie peut être prévenue par un vaccin; si malgré tout le zona survient, il sera plus inoffensif que chez les personnes non vaccinées.


Symptômes

Le zona se déclare par une sensation de malaise général, de la fatigue et une légère fièvre. Quelques jours plus tard, les symptômes typiques du zona apparaissent: après leur réactivation, les virus varicella-zoster se manifestent par une éruption cutanée. La peau enfle à certains endroits et devient rougeâtre, et des papules apparaissent, généralement en bouquets. Celles-ci se transforment ensuite en vésicules contenant un liquide aqueux ou sanguinolent.

Contrairement à la varicelle, l’éruption cutanée du zona n’affecte qu’une partie localisée du corps. L’éruption apparaît sur un côté, dans la plupart des cas, sur la poitrine ou l’abdomen ou, occasionnellement, sur le visage, autour de l’oreille ou sur le cou.


Évolution

Généralement, la maladie est sans gravité et se guérit sans laisser de séquelles. Même sans traitement, le zona se résorbe généralement en deux à quatre semaines. Cependant, l’éruption cutanée laisse des traces même pour les formes légères de zona: souvent, les zones de peau touchées présentent une coloration plus sombre, ou au contraire une dépigmentation. Chez les enfants, le zona est extrêmement rare, et lorsqu’il survient, il n’entraîne généralement pas de complications. Par contre, chez les adultes, il peut être très douloureux.

Des complications, par contre sont possibles en cas d’herpès zoster facial: s’il atteint le visage, il peut aussi léser l’œil (avec des conséquences graves telles que le décollement de la rétine) ou entraîner une paralysie permanente du visage. D’autres complications du zona sont possibles, telles que l’encéphalite zostérienne (cerveau), la méningite zostérienne (méninges), la myélite zostérienne (moelle épinière) ou la pneumonie, qui peuvent conduire à un état pathologique grave. La propagation du zona dans tout le corps et aux organes internes (zona disséminé) risque, le cas échéant, d’entraîner des dysfonctions potentiellement létales et doit être traitée à l’hôpital. Ces évolutions graves de la maladie touchent principalement les sujets immunodéprimés ou dont le système immunitaire est amoindri par des médicaments (immunosuppresseurs). Les patients âgés de plus de 65 ans présentent, au cours de la première année suivant le zona, un risque accru de maladie cardiovasculaire, tels que l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral.

Dans certains cas, plusieurs nerfs sont endommagés – les spécialistes parlent alors de polyneuropathie. Le zona peut également entraîner le syndrome de Guillain-Barré, une maladie qui provoque une faiblesse musculaire et qui peut conduire à la paralysie des bras et des jambes. Dans de très rares cas, le diaphragme est également touché, entravant la respiration – la respiration assistée s’impose dans ces cas.

Dans 10 à 15 % des cas, la douleur nerveuse déclenchée par le zona peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années (névralgie post-zostérienne).

Contrairement à la varicelle, le zona de grossesse ne présente pas de risque de malformations congénitales.


Causes

Le zona ne peut se développer que chez une personne qui a eu la varicelle à un certain moment de sa vie: une fois la varicelle guérie, le virus de la varicelle-zona reste dans certains ganglions nerveux à l’état inactif, soit dormant ou latent. Par la suite, le virus peut se réactiver sous la forme d’un zona, généralement des décennies plus tard. Cette réactivation du virus est généralement due au stress ou à un système immunitaire affaibli.

Les personnes qui ont été vaccinées contre la varicelle peuvent également contracter le zona – mais sous une forme plus bénigne. Contrairement à la varicelle, le zona n’est contagieux qu’à travers le liquide contenu dans les vésicules, et seulement chez ceux et celles n’ont jamais eu la varicelle. À noter que cette première infection donnera une varicelle, et non un zona.


Diagnostic

Les symptômes typiques du zona – douleurs cuisantes et pustules localisées dans certaines zones du corps – permettent de diagnostiquer la maladie. Dans de rares cas seulement il sera nécessaire d’établir la véritable nature de l’agent pathogène, le virus varicelle-zona, notamment en cas d’absence de symptômes clairs de la maladie. Comme le zona survient souvent chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli, les patients devront être soumis à des examens pour dépister d’éventuelles autres maladies.

Quoi qu’il en soit, un médecin doit être consulté dès les premiers signes de la maladie. De la sorte, la thérapie pourra déployer tout son effet, et les symptômes disparaîtront plus rapidement.


Traitement/thérapie

En cas de zona, les symptômes – notamment la douleur et les rougeurs de la peau – sont traités. En règle générale, les médecins prescrivent des médicaments qui ciblent spécifiquement les virus de l’herpès. En outre, des médicaments sont utilisés pour soulager la douleur. De plus, les personnes atteintes peuvent favoriser la guérison en prenant du repos et en soignant l’inflammation de la peau.


Prévention

Depuis quelques années, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) conseille le vaccin Zostavax pour lutter contre le zona; il recommande notamment la vaccination aux personnes âgées de 65 à 79 ans. Les patients âgés de 50 à 79 ans pour lesquels on prévoit une immunodépression dans un avenir proche (par exemple, en raison d’un traitement immunosuppresseur prévu) devraient également être vaccinés.

Télécharger la Medgate App

Jour et nuit, toute l’année, nous sommes là pour vous. Où que vous vous trouviez: plus de 100 médecins expérimentés prennent soin de vous. Voyez un médecin là où vous en avez besoin.