Neurodermatite

Avis de non-responsabilité
La teneur des rubriques est fournie à titre d’information uniquement et ne peut être utilisée à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elle ne remplace pas les conseils et les traitements médicaux personnalisés. Medgate a compilé les informations avec soin, mais ne peut garantir leur exactitude ni leur exhaustivité. Medgate décline toute responsabilité pour les dommages pouvant résulter de l’utilisation de ces informations. Vous êtes malade et avez besoin d’aide? Nos médecins sont à votre disposition 24 heures sur 24 via la Medgate App.

Introduction

La neurodermatite – également appelée neurodermite, névrodermite, dermatite atopique ou eczéma atopique – est l’une des maladies de la peau les plus fréquentes. Elle entraîne des réactions inflammatoires chroniques de la peau, qui apparaissent de façon intermittente. Les causes de la maladie ne sont pas connues – cependant, des prédispositions héréditaires ainsi que des éléments environnementaux ou des facteurs psychologiques peuvent favoriser le développement de la neurodermatite. Elle se manifeste typiquement par de fortes démangeaisons et des zones de peau sèche, parfois squameuse. L’eczéma atopique se traite par des soins de la peau réguliers et des médicaments et n’est pas contagieux.

La neurodermatite est particulièrement fréquente chez les enfants: en Suisse, 15 à 30 pour cent d’entre eux sont concernés par cette dermatose qui, cependant, guérit d’elle-même dans 75 % des cas avant l’âge de dix ans. Les enfants atteints de neurodermatite sont davantage sujets au rhume des foins, à l’asthme allergique et aux allergies alimentaires. Les adultes, par contre, en sont moins touchés. Mais lorsque c’est le cas, la dermatite atopique est généralement plus sévère.

Neurodermitis

Symptômes

Les symptômes typiques de la neurodermatite sont de fortes démangeaisons et une sécheresse cutanée. Les patients atteints de dermatite atopique ont une peau plus sèche que la normale, car la fonction de barrière de l’épiderme ainsi que d’autres fonctions telles que l’irrigation sanguine cutanée sont perturbées, d’où une déshydratation de la peau. Les symptômes changent au cours de la maladie, de même que les zones du corps touchées.

Chez les nourrissons, les symptômes de la dermatose atopique apparaissent sous forme d’eczéma suppurant, la plupart du temps sur le visage, le cuir chevelu et sur les faces externes des bras et des jambes (généralement à partir du deuxième mois de vie). Les parties du corps normalement recouvertes par des couches – donc préservées de la déshydratation – sont souvent épargnées.

L’eczéma aux plis de flexion: chez les enfants et les adolescents, la peau des mains, du cou, des plis du coude et du genou, ainsi que de la nuque est, en raison de l’inflammation, souvent rougie et sèche. Avec le temps, le tissu cutané peut s’épaissir: un phénomène que les spécialistes appellent lichénification.

Une forme particulière de neurodermatite, appelée prurigo, peut survenir chez l’adulte. Elle se caractérise par des nodules qui démangent fortement sur l’ensemble du corps.


Évolution

La dermatite atopique survient par crises, de durée et de gravité variables. Elle commence souvent au cours de l’enfance. La maladie peut guérir d’elle-même, mais un tiers des enfants atteints de neurodermatite souffrent également d’eczéma atopique à l’âge adulte – du moins épisodiquement. Cette maladie de la peau n’est pas transmissible. Quelle que soit son évolution, la neurodermatite peut influer négativement sur la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Même un eczéma léger peut être handicapant et peser sur la psyché de la patiente ou du patient.


Causes

Les causes de la maladie ne sont pas connues – cependant, des prédispositions héréditaires ainsi que des substances environnementales ou le stress psychologique peuvent favoriser le développement de cette affection. Dans le cas de la neurodermatite, le corps réagit excessivement à des substances en soi inoffensives telles que certains aliments, la poussière domestique ou le pollen et forme de grandes quantités d’anticorps contre ces substances, dites allergènes. D’où la réaction immunitaire inflammatoire de la peau. Le corps libère aussi de l’histamine, un neurotransmetteur qui favorise l’inflammation et renforce la réaction de défense, ce qui entraîne les démangeaisons typiques de la neurodermite.

Les personnes concernées présentent fréquemment, en outre, une allergie alimentaire non liée à la dermatite atopique. Ainsi, les enfants atteints d’eczéma sont souvent allergiques au lait, aux œufs, au soja, au blé, aux noisettes, aux arachides ou au poisson.


Diagnostic

La neurodermatite est diagnostiquée sur la base des antécédents médicaux (anamnèse) et d’un examen approfondi par un médecin. Selon la gravité ou les indications des allergies, il conviendra éventuellement de procéder à des clarifications allergologiques supplémentaires.

Les cas de neurodermatite peu graves peuvent être traités par télémédecine. À l’aide des photos des zones de peau touchées, le médecin est à même d’établir un diagnostic. Souvent, les personnes atteintes de névrodermite présentent également d’autres caractéristiques physiques, comme un double pli de la paupière inférieure (appelé pli de Dennie-Morgan).


Traitement/thérapie

L’objectif du traitement est de soulager les patientes et les patients de leurs symptômes aussi exhaustivement que possible. On recourt à la fois au traitement de l’eczéma aigu et à la thérapie de base: cette dernière fait partie intégrante du traitement de la neurodermatite.

Elle consiste à traiter la peau régulièrement, en l’hydratant et en la nourrissant. Les soins, sous forme de lotions, de crèmes, d’onguents et de bains à base d’huiles, doivent être apportés aussi pendant les phases sans symptômes. D’une manière générale, il est important d’éviter les savons et détergents agressifs en cas de peau eczémateuse, car elle est plus sensible qu’une peau saine. Les crises d’eczéma aigu peuvent être évitées au moyen d’une bonne thérapie de base.

Dans la plupart des cas, lorsqu’il est léger à modéré, l’eczéma aigu peut être traité par voie externe, au moyen de préparations à base de cortisone ou d’inhibiteurs de la calcineurine. Lors de forte tendance à l’eczéma récurrent, la thérapie d’intervalle peut être envisagée en consultation avec le spécialiste traitant: ce type de thérapie devrait permettre de prévenir l’eczéma. Les infections cutanées bactériennes, appelées surinfections, sont généralement traitées par des antibiotiques (sous forme de comprimés ou sous forme liquide).

Si une thérapie externe échoue, la neurodermatite peut, dans les cas graves, être traitée avec succès avec des médicaments plus modernes comme les thérapies biologiques. La luminothérapie peut également être utile: la lumière inhibe en effet l’action des cellules inflammatoires de la peau.


Prévention

La neurodermatite ne peut être évitée que de manière indirecte. Les médecins recommandent d’allaiter les bébés exclusivement au sein jusqu’à l’âge de quatre mois. Si l’allaitement n’est pas possible, il est préconisé de ne donner que du lait hypoallergénique aux enfants dont un parent au premier degré présente des symptômes allergiques. Si la neurodermatite s’est déjà manifestée, on évitera les facteurs déclenchants de la maladie afin de prévenir de nouvelles crises:

  • éviter les substances allergènes (par exemple le pollen, les acariens);
  • éviter de porter de la laine ou des tissus synthétiques (accumulation de chaleur);
  • éviter certains aliments (tels que les noix, le lait, le blé);
  • éviter le stress émotionnel;
  • ne pas exagérer avec les baignades (mais penser à se rincer à l’eau courante lorsque l’on a trempé dans l’eau chlorée).

Télécharger la Medgate App

Jour et nuit, toute l’année, nous sommes là pour vous. Où que vous vous trouviez: plus de 100 médecins expérimentés prennent soin de vous. Voyez un médecin là où vous en avez besoin.